Bien êtreCuisine vagabonde

Challenge detox, un mois sans sucre

Le mois de janvier est le mois du renouveau et des bonnes résolutions, alors pourquoi ne pas accomplir un challenge positif. J’ai pour habitude de suivre le #dryjanuary (janvier sans alcool) pour me “détoxifier” après les fêtes et repartir corps et esprit sains, vers une nouvelle année. D’année en année, de par ma routine Yogique et de manière naturelle, je suis presque devenu abstème, la consommation d’alcool n’est donc plus quelque chose de difficile à maitriser pour moi comme elle le fut lors de mon époque très festive.

De ce fait le “dryjanuary” n’a plus le même intérêt, il faut l’avouer un défi qui devient facile n’est plus vraiment un défi… quoi que avec les deux confinements de l’année même si notre vie sociale fut quelque peu réduite, le réconfort des bons petits repas à la maison nous a souvent fait ouvrir de bonnes bouteilles (et oui, je suis prof de yoga et j’aime le bon vin). Comme j’en parle dans l’article … à un moment de ma vie, j’ai eu un réel questionnement face à l’alcool, et j’ai aujourd’hui réussi à trouver parfaitement mon équilibre. Je ne bois plus pour l’ivresse mais uniquement pour le plaisir et avec modération, et c’est très agréable. Mais je pense quand même qu’un mois d’abstinence totale ne fait jamais de mal.

Avec le sucre, j’ai fait le même chemin progressif. Je me suis peu à peu libérée de mon appétence pour les aliments très sucrés. Il y a 4 ans, suite à une importante prise de poids en Australie et pour combattre les candidats albicans responsables de crises mycosiques chroniques, j’ai décidé après avoir lu pas mal de choses à ce sujet de faire un régime sans sucre très strict.

Le résultat fut plutôt surprenant. Disons-le, je me suis guérie cette année-là d’une pathologie que je trainais depuis mon adolescence. Par ailleurs j’ai compris l’effet du sucre sur mon organisme.

Notre corps a en effet besoin de glucose mais nous n’avons pas besoin de consommer du sucre tel que, notre organisme transforme lui-même déjà tous les glucides en glucose pendant le processus digestif afin de répondre à nos besoins.
Le sucre n’est pas aussi addictif qu’on le prétend, c’est notre société et notre mode de vie qui amplifie notre goût sucré et nous pousse à en consommer bien plus que nécessaire.

Je n’ai pas continué ce régime hyper strict (sans sucre rapide ni lent), mais le fait de renoncer complétement à tous les types de sucre pendant 10 jours m’a permis de réduire radicalement et naturellement mon goût pour le sucre. J’ai de ce fait adopté des habitudes alimentaires plus équilibrées. Je ne suis pas pour les régimes drastiques et frustrants qu’on fait et qu’on stoppe net. Mais parfois un challenge fait avec rigueur permet de mettre le pied à l’étrier, de constater les différences et de motiver le changement. Ça donne le coup d’élan pour changer ses goûts et habitudes et les installer sur du long terme.

Pour ma part après ce régime et cette prise de conscience, il y a des choses extrêmement sucrées que je n’ai jamais plus remanger, sans aucune frustration alors que j’en raffolais avant, simplement car le trop de sucre a fini par m’écœurer.

Mais alors pourquoi revivre cette expérience me direz-vous ?

Même si j’ai la sensation d’avoir aujourd’hui une alimentation assez équilibrée et saine, je sens qu’avec la routine et les deux confinements qui nous ont transformés en masterchef de la pâtisserie, il est temps de remettre les pendules à l’heure. On peut se défaire progressivement d’une habitude ou d’un goût, mais on peut aussi s’y réhabituer très vite !

Je réalise que doucement la plaquette de chocolat noir au caramel a élu domicile dans mon placard et que si j’oublie d’en racheter, je ressens comme un petit manque après mes repas. (J’ai même fini par les acheter par lot de 5 pour être sûre de ne pas en manquer…). Bref même si je ne sucre plus depuis longtemps mes tisanes et mes yaourts, je sens que ma gourmandise trouve de douces compensations ailleurs qui deviennent peu à peu des habitudes insidieuses.

Trêve de bavardage, si vous êtes intéressé par cette expérience je vais vous expliquer comment vous organiser.

Pour commencer soyons clair, le but de ce défi n’est pas de supprimer définitivement tous les glucides de notre alimentation. Le but est de limiter notre consommation de sucre, qui est dans notre société occidentale bien trop importante et qui augmente les risques de maladies graves et est responsable de beaucoup de problèmes de santé (surpoids, carie, eczéma…)

Le but étant de modifier progressivement notre appétence pour le sucre, pour conserver au-delà du défi les bonnes habitudes sans difficultés.

Je vous propose alors un programme qui élimine seulement les aliments à indice glycémique élevé. Suivant où vous en êtes de votre relation au sucre, vous pourrez adapter graduellement votre régime.

La première étape sera d’éliminer les sucres libres, ceux que vous rajoutez dans vos boissons chaudes, yaourts, sur vos tartines (sucre, confiture, miel, pâte à tartiner…)  et l’alcool. Même si l’alcool est finalement faible en sucre car fermenté ou distillé, son apport calorique est fort et cause les mêmes dégâts métaboliques que le sucre, avec aucun réel apport nutritif.

Nous nous attaquerons ensuite aux sucres cachés, que l’on trouve dans les produits préparés et industriels. Puis nous sélectionnerons les aliments naturels qui sont le moins chargés en glucides.

Recommandations générales

Je vous livre ici le programme que j’ai établi pour moi, en fonction de mes recherches et expériences, et qui correspond à ma démarche, sachant que je ne suis pas déjà une grosse consommatrice de sucre. Je vous invite alors à adapter ce programme à vos besoins et vos envies suivant là où vous en êtes (peut-être qu’éliminer les sucres libres pour commencer est déjà un gros travail). Sachez cependant que mon premier régime sans sucre je l’ai fait dans une période où je consommais énormément de sucre et qu’un régime très strict m’a énormément aidé à éliminer mon goût du sucre.

Chaque mauvaise habitude abandonnée, sera déjà une victoire vers une nutrition plus saine.

Suivre ce challenge à plusieurs est bénéfique et bien plus motivant.  Il peut être judicieux par exemple d’essayer de convaincre les gens qui partagent votre logement, car il est plus facile si on peut vider les placards de toutes tentations. C’est aussi plus stimulant et soutenant si on peut échanger sur ce qu’on traverse. C’est pourquoi je vous propose de le faire ensemble, d’avancer et de se soutenir mutuellement. De mon côté j’ai déjà rallié plusieurs amis et mon conjoint. Je tenterai de partager nos recettes, nos difficultés, nos questionnements, et de faire un bilan de fin d’expérience.

Ce qu’on va éliminer

Pour commencer on va éliminer les sucres raffinés (blanc, roux, sous toutes ses formes), et les sucres naturels (miel, sirop d’érables, sirop d’agave…) ainsi que les édulcorants (le stevia, sucre de coco, sucre de riz, de bouleau…etc)
On ne va pas chercher d’alternatives pour remplacer le sucre ! Désolé.

On supprimera donc tout ce qui en contient… tous les desserts ou goûter industriels (yaourt aromatisé, crème, compote sucrée, chocolats, biscuits, fruits au sirop, fruits secs… etc.)

On éliminera toutes les boissons sucrées et l’alcool (soda, sirop, jus de fruits, même 100% pur jus ou bio…).

Les céréales industrielles, même les céréales minceurs, le pain industriel et tout ce qui y ressemble (brioche, pain de mie…) On remplacera les céréales raffinées par des céréales complètes, des légumineuses et des légumes.

On supprimera les sauces toutes faites, les conserves bourrées de conservateurs, ou en tout cas apprendre à lire les étiquettes pour limiter les dégâts.

Cuisiner soi-même au maximum

Le sucre est présent dans une quantité exagérément élevée d´aliments transformés et industriels pour sa qualité de conservateur et d’exhausteur de goût. Cela rend les aliments plus « gouteux » mais aussi moins nourrissants.
Le sucre a de nombreuses appellations. Il faut alors doubler de vigilance pour détecter sa présence sur les étiquettes, pour vous aider voici les termes à éviter:

. Tous les sirop (sirop de glucose, sirop d’amidon, sirop de maïs…)
. Tous les mots en …ose (fructose, lactose, glucose, dextrose, maltose…)
. Les sucres naturels et dérivés (miel, stevia, agave, malt, candi, caramel, mélasse)
. Mais aussi attention à l’amidon, les dextrines et dextranes, édulcorant de pommes et de fruits…

Bref vous voyez déjà comment les fabricants sont experts dans l’art de la dissimulation, et qu’il est nettement plus simple d’éviter carrément de consommer des produits transformés.
Afin de profiter d’une alimentation faible en sucre, on va essayer d’utiliser des aliments bruts et les cuisiner nous-même au maximum. Nous sommes les seuls à pouvoir maitriser complètement l’apport en sucre de notre nutrition et éviter les pièges.

Il serait mieux pendant cette période, d’éviter les sandwichs ou encore les restaurants ou plats à emporter. Si vous n’avez cependant pas le choix (bien qu’on ait toujours un peu le choix) essayez alors d’éviter les plats en sauces et de choisir les plats où les aliments qui auront gardé au maximum leur apparence initiale. Méfiez-vous ! Ce qui ne semble pas sucré peut l’être ! Par exemple les sushis, on exclut bien évidement la sauce, mais sachez que le riz est cuisiné avec du sucre, et j’en passe… Le mieux est donc de manger les aliments le plus bruts possibles, et le moins cuisinés pour éviter tout sucre ajouté et caché.

Mais alors que va-t-on manger ?

Après avoir éliminé les sucres libres et les produits transformés, nous allons remplacer les aliments raffinés par des aliments complets (farines, pain, pâtes, riz, céréales…).

Vous pouvez faire le choix de ne plus manger du tout d’aliments sucrés, même naturels, pour notre part nous allons continuer de consommer des fruits frais en diminuant peut-etre les plus sucrés (Banane, figues, cerises, raisins, mangue, poire, pomme, ananas…)
Bon ok en hiver ça ne laisse pas énormément de choix… les fruits qui contiennent peu de sucre sont : le pamplemousse (nous préfèrerons le pomelo plus local) les coings, clémentines, orange, kiwi et pas mal de fruits d’été (melon, mûres, pastèque, fraises, framboise…). Dans tous les cas sachez que les fruits malgré leur goût sucré sont plutôt assez faible en index glycémique, donc peuvent toute a fait convenir dans un régime faible en sucre.

Pour les légumes on va continuer de manger de tout, en diminuant peut-être la consommation de légumes à plus forte contenance en sucre (Haricots secs, betterave rouge (cuite), oignon, patates, carotte, racines et tubercules, petits pois, poivron rouge…) en faveur de ceux qui en contiennent moins (Épinards, blettes, salade, lentilles séchées, chou chinois, endive, poivron vert, haricots verts, champignons…). Le mieux est de se fournir en légumes frais et d’éviter au maximum les légumes en conserve dans lesquels on ajoute du sucre comme conservateur, si vous ne pouvez pas acheter de légumes frais, préférez les légumes congelés natures. Ne soyez pas trop catégorique, cette liste permet simplement de s’informer, le but étant surtout de trouver un juste équilibre, et de rééduquer notre palais.

Pour les douceurs je vous entends déjà vous demander, comment vais-je faire ?!? (En tout cas c’est mon inquiétude moi…) Vous pouvez consommer des graines séchées (noix, noisettes, amandes…) du chocolat noir (minimum 70%), compote sans sucre ajouté (fait maison donc), yaourt, fromage blanc nature avec ajout d’épices par exemple. J’aime pour ma part ajouter de la cannelle, ou de la poudre de vanille pour donner un goût de dessert à mes compotes, céréales ou yaourt (on s’y habitue très bien).

Pour l’apport de protéine vous pouvez, agrémentez votre régime d’oeufs, de tofu ou même de viande et de poisson si vous n’êtes pas végétarien évidement. Pour mon plus grand plaisir, le fromage est autorisé, mais les choisir sans sucre (car oui certain fromage contiennent du sucre, c’est fou non? ) Et pour se sentir rassasié il est important de consommer suffisamment de graisses saines, que vous trouverez par exemple dans l’huile d’olive, le ghee, le poisson et l’avocat.

Pour le reste on verra ensemble au fur et à mesure de notre expérience commune, je partagerai mes retours et les votre via les réseaux pour qu’on puisse se soutenir. Et je compléterai cet article au fur et à mesure si besoin.

C’est parti pour un mois de folie !

Je me dis en écrivant cet article que c’est un peu de la folie en effet de faire ça après les fêtes, au moment où mon appétence pour le sucre a été bien renforcée par une consommation de dessert et de sucreries hors de contrôle lol.
Certains diront que c’est justement le bon moment, même si cela risque d’être plus difficile. Quoi que, le dégoût peut aussi entrainer un besoin de détox qui nous stimule.

Bref il n’y a jamais de moment idéal !

Pour ceux qui le souhaitent et en ont besoin, je propose de commencer par une semaine de transition en douceur. Une semaine de retour à la normale pour se familiariser avec cette nouvelle routine et commencer par supprimer l’alcool, les desserts et les sucreries. Pour la suite, je vous conseille de faire le vide dans vos placards, de vous séparer des aliments à éviter (vous pouvez faire des dons) et de noter sous forme de liste sur votre téléphone par exemple les aliments à privilégier et ceux à éviter pour pouvoir la consulter au moment de faire vos courses. Pendant ce mois de detox, je vous conseille de boire de l’eau surtout entre les repas, pour éliminer les toxines, ça permet en plus de réduire les fringales.

Bonne expérience à tous ! Dites-vous que si ce n’est pas simple parfois, on est ensemble ! Chacun de nous allons traverser différentes étapes, peut-être des moments de frustration ou de tentation, et c’est ok ! N’hésitez pas à partager avec moi et la communauté vos questionnements durant ce mois de détox, ici en commentaire ou sur les réseaux sociaux.

Hâte de commencer !

Namaste

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *